Rechercher
Fermer

Suivez-nous :

Concerts

À PROPOS

Tout était là, très tôt. « Musique-cinéma, cinéma-musique », une énergie brute, des images qui claquent, le goût du beat et du chant qui jaillit. Tout était là très tôt, chez P.R2B. Le son, d’abord : Pauline Rambeau de Baralon (« Rambo » pour les intimes) grandit à Bourges entre des cours de clarinette, le blues d’un père guitariste, la musique classique (qu’elle aime « surtout quand elle est musclée ») et la chanson française, dont les images fantasques la fascinent autant que l’irrévérence de Eminem, TuPac ou Dr Dre.

C’est Tristan Salvati (Angèle, 47 ter) qui, après l’avoir contactée sur Instagram, se charge de l’aider à leur donner ce « coeur chaud » qu’elle recherche tant. Ensemble, ils le trouvent en travaillant sur les contrastes : un beat gabber frénétique éclabousse la mélodie de La Piscine, tube immédiat dans lequel on plonge en dansant.

Un groove hédoniste attrape par les hanches le texte coup de poing de Des Rêves, où « les rues d’Hollywood se fendent en deux / les stars au coude а coude et les pauvres au milieu.» Des hautbois, clarinettes et autres vents, essentiels et quasi-omniprésents, « habillent d’une robe couleur de spleen » le romantisme de La Chanson du Bal, premier titre à venir en janvier 2020, ou de velours le flow-fusée de Qui sont les coupables?

 

pr2b
Site de l’artiste :